Res Duplicata

RES DUPLICATA

Vernissage le 17 janvier 2008 à 19h00
Exposition du 18 janvier au 14 février 2008

Avec : Cyril Hatt et Cyril Le Van
JPEG - 3.8 Mo

Cyril HATT
Né en 1975 à Rodez (12), vit et travaille à Rodez.
Depuis 1999, Cyril Hatt poursuit sa démarche autour du médium photographique à travers une série d’altérations, de détournements et de montages, interrogeant ainsi nos rapports et nos comportements face à un médium devenu omniprésent et questionnant la pratique même de la photographie.
A partir de 2003, ses volumes en photographies introduisent une nouvelle dimension à son travail : la relation à l’espace, mais aussi à l’objet. L’artiste s’inscrit ainsi dans une problématique de la création contemporaine engagée notamment par Marcel Duchamp et les artistes du Pop Art.
Suivant une démarche structuraliste, Cyril Hatt dissèque, avec son appareil photographique, en de multiples points de vue et facettes, des objets du quotidien et les recompose en volume à l’échelle une, cherchant ainsi à en dévoiler les règles, la face invisible. Dans un premier temps, le spectateur peut être dupé. En s’approchant, il prendra conscience de l’erreur de jugement dont il a été l’objet. L’illusion de l’image et du relief fait de l’œuvre un artéfact de l’objet soulignant le brouillage de repères, de plus en plus prégnant dans notre société, entre ce qui réel et ce qui est simulé.
Les objets sont creux, évoquant les objets mous de l’artiste américain Claes Oldenburg. Elevés au rang d’objets d’art, ils sont en même temps vidés de leur fonctionnalité, privés ainsi de leur raison d’exister en tant qu’objets de consommation. Marqués par des sutures - signes d’usure d’un usage répété ? - ils évoquent le temps qui se déroule inéluctablement, évoquant les natures mortes classiques, et nous renvoyant à notre propre condition. L’artiste s’éloigne de l’objet bien fait : il met en avant sa fragilité, son côté éphémère et désuet.
Icônes de la société de consommation et de la pop culture, les œuvres de Cyril Hatt rappellent son envers. Les volumes en photographies de l’artiste sollicitent une mise à distance face à l’objet : quelle place, quel statut, quel sens doit-on lui accorder ? Ce travail sur la représentation fidèle, mais factice de l’objet usuel, nous le révèle dans sa dimension artéfactuelle, comme véritable simulacre de nos désirs insatiables de consommation.
www.cyrilhatt.fr

JPEG - 253.7 ko
Cyril LE VAN
Né en 1970 à Saint-Denis (92), vit et travaille à Toulouse.
Artiste plasticien autodidacte, fils et petit-fils d’artistes, Cyril Le Van commence le dessin et la peinture très jeune. Dès la fin des années quatre-vingt, sa démarche s’oriente vers l’espace urbain, dans lequel il inscrit au pochoir des formes géométriques rouges et jaunes, qui deviendront sa signature.
Puisant ses thèmes dans la précarité, l’exclusion et les inégalités sociales de la société occidentale, l’artiste reproduit à l’identique, en utilisant la technique de l’impression sur bâche, des objets et des fragments de l’environnement urbain, notamment sur des plaques de mousse, les reconditionnant en des sortes d’"objets-façades" ou encore d’"objets-matelas".
Non sans évoquer certains travaux de l’artiste américain Gordon Matta-Clark, ses œuvres appellent à deux lectures. Une première se situe dans les domaines de l’esthétique et du ludique : l’artiste dévoile les qualités plastiques de ces éléments du réel en soulignant la beauté et la poésie qui peuvent en émaner. La seconde s’inscrit davantage dans l’ordre du constat et du témoignage social et politique.
Déambulant à travers les séries des pavillons de banlieue, de la laverie, des distributeurs, des matelas et des murs de squats, le spectateur est immergé dans l’univers et le quotidien d’une frange de la population en marge, écartée de ce qui constitue notre confort occidental et privée de droits fondamentaux qui fondent notre société. Il est sollicité à prendre le temps, à faire une pause pour observer ces éléments, que l’on ne perçoit pas ou plus, à les redécouvrir et à s’interroger sur leur nature et leur sens. Une manière pour l’artiste de mettre certaines choses à plat ?
www.cyrillevan.tumblr.com

De Natura Rerum
La stéréophotographie est un procédé qui permet de créer l’illusion du relief en superposant deux photographies prises d’un même objet ou lieu, mais à partir de points de vue légèrement différents, recréant la distance entre les deux yeux. C’est de centaines de points de vue qu’à besoin Cyril Hatt pour recréer le relief sans passer par l’illusion d’optique.
Si l’on y regarde de plus près, l’illusion ne tient pas : mobylette, voiture, appareils électroménagers, paires de chaussures et tous les objets qui voudront bien se laisser prendre aux ambiguïtés photographiques de Cyril Hatt, sont non pas des reconstitutions mais des fantômes. Creux, vides, hâtivement collés avec les moyens du bord, ce sont à plus d’un titre, des illusions. Illusion de l’image, illusion du relief, tentation illusoire de posséder le corps et l‘âme de l’image. Avec des moyens techniques sommaires (un appareil photo numérique, une imprimante basique, du papier de consommation courante) et une patience à toute épreuve, Cyril Hatt reconstitue, souvent dans l’à peu prés causé par le calage des images, ce qui est tombé devant son objectif. Objets courants, tentation moderne, outils obligés, tout y passe. Pour dire que tout objet (même de consommation) est illusion ? Il rejoindrait alors l’ordre symbolique de la nature morte des seizième et dix-septième siècle. Un monde silencieux, une vie en attente.
Observation et patience lui permettent donc de reconstituer des formes humbles où usage et usure se rejoignent. Ici, mobylettes, voitures, appareils électriques et outils ménagers, paires de chaussures ou appareils photographiques ne sont plus pris dans la mode ou la tentation. En les privant de leur séduction, en les remontant comme des puzzles, en fragilisant tout ce qui faisait leur valeur marchande, Cyril Hatt les fait passer en contrebande du côté de l’art.

François Bazzoli

Res Duplicata