BING ? BANG !

BING ? BANG !
PETER FISCHLI & DAVID WEISS (Suisse)
BRUCE NAUMAN (USA)

Vendredi 18 juillet 2008 - 20H00

Annexia présente Bing ? Bang ! dans le cadre des Expositions ’Il faut détruire Carthage’ et ’GEStALTeN

Projections vidéo :
-Peter Fischli & David Weiss ’ Der Lauf der Dinge ’ (’Le Cours des Choses’) / 30 mn / 1987
-Bruce Nauman
’ Violent Incident : Man-Woman Segment ’ / 30 mn / 1986
Édition numérotée / 200 - Courtesy Collection Privée.

Bruce Nauman
’ Violent Incident : Man-Woman Segment ’ / 30 mn / 1986
Édition numérotée / 200 - Courtesy Collection Privée.

Le scénario de ‘Violent Incident’ construit autour d’une invitation à dîner en huit clos, débute sur ce qui ne pourrait être à priori qu’une simple scène de comédie, pour graduellement dégénérer en une violente querelle de ‘couple’. Pour cette vidéo, Bruce Nauman a engagé des acteurs et leur a demandé de jouer plusieurs variations de la même séquence. Au nombre de celles-ci, l’une inverse la distribution des rôles masculin et féminin, une autre présente les répétitions au cours desquelles le réalisateur intervient en voix-off pour donner ses instructions, une dernière enfin montre des extraits au ralenti de la fameuse scène ‘du retrait de la chaise’…

Le mur de moniteurs hurlants, le scénario, tout comme les répétitions hypnotiques des mêmes séquences constituent un ensemble cohérent d’éléments destinés à accentuer la tension dramatique et la charge agressive.
Les jugements moraux sont ici repoussés notamment par le biais du changement qui va s’opérer dans les rapports de force mais également par le choix effectué par Nauman de la tournure que va prendre progressivement le déroulement du drame lui -même.

Peter Fischli & David Weiss (Suisse)

Der Lauf der Dinge / 1987 / 30 mn / Couleur / 16 mm transféré en vidéo

Der Lauf Der Dinge (Le Cours des Choses) a été tourné en 16 mm en 1987 par les artistes Suisse Peter Fischli et David Weiss.

Un sac-poubelle se met lentement en mouvement… le résultat : une réaction en chaîne absurde et excitante au cours de laquelle le feu, l’eau, la gravitation et la chimie vont déterminer le cours des événements. Fischli et Weiss créent individuellement un univers d’objets en les mettant en relation entre eux de différentes manières afin de les faire fonctionner ensemble. Ainsi un récit, ayant pour seul sujet les causes et les conséquences, se développe, mû par les mécanismes et l’art, les improbabilités et la précision. L’approche de Fischli & Weiss se présente comme un jeu entre le pouvoir et l’impotence, entre un ordonnancement systématique et la reconnaissance de l’autonomie « des choses ». Dans Der Lauf Der Dinge, rien ne peut arriver trop tard ou trop tôt. Ce qui survient, n’arrive uniquement que s’il peut arriver. Des choix sont faits, en toute absence de psychologie, et pour ainsi dire sans début ni fin : le film décrivant ainsi un mouvement qui peut ainsi continuer à perdurer sans fin.

Der Lauf Der Dinge a été montré dans de nombreuses expositions dans des institutions aussi prestigieuses que le Stedelijk Museum d’Amsterdam, Le Centre d’Art Georges Pompidou (Paris), la Kunsthalle de Basel…

BING ? BANG !